Les édulcorants,

Tout ce qu'il faut savoir

Edulcorant

Des produits qui répondent à la demande?

Des boissons diète édulcorées à l’aspartame et à l’acésulfame-potassium jusqu’aux yogourts et confitures « sucrés au sucralose », en passant par certaines céréales à déjeuner, une foule de desserts et autres friandises, les tablettes d’épicerie regorgent maintenant d’aliments préparés sur mesure pour se « sucrer le bec » sans payer le prix des calories.

À eux seuls, l’aspartame et le sucralose entrent dans la composition d’environ 10 000 produits commercialisés dans le monde (aspartame, 6 000; sucralose, 4 000).

Quels sont-ils?

Les édulcorants de synthèse, ou édulcorants intenses, portent deux noms : un nom générique et un nom de commerce. Ces molécules ont été brevetées, ce qui signifie qu’elles constituent une « propriété privée ». Elles appartiennent, comme toute autre invention, au détenteur dudit brevet.

  • Sucralose (Splenda, Canderel)
  • Acésulfame-potassium (Sunnet)
  • Aspartame (Nutrasweet, Egal/Equal, Canderel)

Image

Sugar 1512276 1920

Ces succédanés, de même que plusieurs autres, sont aussi offerts comme édulcorants de table. On s’en sert bien sûr pour « sucrer » son café, mais aussi, surtout depuis l’avènement du sucralose, pour cuisiner à « moindre frais calorique ». Une courte visite sur le site des fabricants suffit pour se convaincre de l’ampleur du phénomène : et par ici les vertus santé amaigrissantes, et par là les recettes et les régimes... miracles?

Ces molécules ont résolu, du moins en apparence, un problème évoquant la quadrature du cercle : comment conserver le goût du sucre, tant prisé par le consommateur, sans pour autant augmenter l’apport calorique, autre objectif de ce même consommateur?

Pour le satisfaire, l’industrie agroalimentaire a donc de plus en plus souvent recours à ces substances qui confèrent bel et bien aux boissons et aux aliments une saveur sucrée. En fait, ces édulcorants ont un tel pouvoir sucrant - des centaines de fois plus élevé que le sucre ordinaire! - que des quantités infimes suffisent pour assurer la saveur recherchée.

Le phénomène de l’obésité et, dans certains cas, l’obsession de la minceur n’expliquent pas tout. Le contrôle du diabète et la prévention de la carie dentaire ont aussi moussé la popularité de ces produits. Les édulcorants artificiels n’affecteraient pas la glycémie et, comme ils ne provoquent pas la prise de poids, ils contribueraient à une meilleure gestion du diabète. Ils n’auraient pas non plus l’effet négatif qu’a le sucre sur l’émail des dents.

Géniaux, les édulcorants de synthèse? Pas si vite! Encore aujourd’hui, on s’interroge sur leur innocuité et leur utilité réelle... (Voir les textes Sont-ils sécuritaires?Sont-ils utiles?)

Vrai ou faux?

Il ne faut pas confondre les édulcorants de synthèse avec les autres types de substituts de sucre, tels que les sucres-alcools (sorbitol, xylitol, maltitol, etc.). Quant au fructose, glucose et autres « oses » (à l’exception du sucralose), ce sont de « vrais » sucres, et non des édulcorants de synthèse.

Aspartame 2d skeletal svg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire